20 décembre 2010

Transsexuel au théâtre

Sous le son enroué d'une contrebasse j'étais comme hypnotisée devant cette scène minimaliste au décor épuré où JC Dreyfus interprétait avec excellence une Marie-Pierre, jadis Jean-Pierre, rejetée par un père qui voit en son fils l'infâme, aveugle de la femme qu'il tient à être.  Aux premières minutes de la pièce, j'étais en proie à des déformations professionnelles : le transsexuel se déplaçait avec difficulté sur ses talons aiguilles noirs et je redoutais un fracture qui gâcherai mon samedi soir (pour une fois que j'ai le... [Lire la suite]
Posté par tagumat à 12:07 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

11 décembre 2010

L'injustice des sexes

Pourquoi suis-je née femme? Pourquoi suis-je le X au lieu du Y? Pourquoi favorise-t-on l'homme au détriment de la femme? En quoi un utérus et des ovaires sont inférieurs à un phallus? Les neurones de l'un sont-ils inférieurs à l'autre? De quel droit favorise-t-on un être au détriment d'un autre? Pourquoi ce dernier bastion du machisme bétonné, à demi avoué mais bien réel m'est encore hermétique ? Je n'ai pas les codes qu'il faut, je n'ai pas les couilles qu'il faut, je n'ai pas le sexe qu'il faut et je finirai par ne plus avoir la... [Lire la suite]
Posté par tagumat à 12:25 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 décembre 2010

Escargot, Berlingo

Dans la salle de bain, actrice devant une foulée de produits de beautés de tout genre, je demandais amusée à mon interlocuteur imaginaire (le temps d'une écriture) "l’escargot" : Bave bave, dis-moi qui est la plus belle? L'escargot  me regarda d’un œil scrutateur, dans le royaume de cette demeure, je ne vois que toi qui puisse prétendre à ce titre ma très chère répondit le mollusque. Un bref silence s’en suivit et la bête obséquieuse,  m’ayant brossé dans le sens du poil, enchaina rassurée de ne pas devoir imaginer sa propre... [Lire la suite]
Posté par tagumat à 08:23 PM - - Commentaires [3] - Permalien [#]
15 novembre 2010

Jamais trop tard pour être malade

Fraîchement débarqué de chine, Yirua manquait à l'appel ce jour là. Une vilaine maladie infantile, boutonneuse, prurigineuse et fortement contagieuse l'oblige à s'isoler dans sa chambre d'internat. A 27ans, il fait enfin sa varicelle  ... Lui qui n'est en contact qu'avec les sexagénaires du service. La source de contamination restera un mystère. Sans antihistaminique, il a passe ses nuits à se gratter comme un galeux, incontrolablement, jusqu'au sang? Le prurit est terrible, croyez-en mon expérience, toujours actuelle. Yirua... [Lire la suite]
Posté par tagumat à 08:58 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 novembre 2010

Les milles et une façon de déféquer

Trouvaille fortuite lors d'une flânerie vespérale dans le coin littéraire d'un magasin qui prône la nature, le titre inopiné de ce livre m'a tout de suite tapé dans l’œil. Un intitulé insolite, qui réveille ma curiosité lassée de ces heures de shopping en ce samedi métropolitain. Serait-ce une littérature intéressante ou juste un banal feuilleté au titre accrocheur? Que les âmes constipées et strictement littéraires m’excusent d'avance de la vulgarité du verbe qui est contenu dans le titre «Comment chier dans les bois ?» Rien que ça !... [Lire la suite]
Posté par tagumat à 08:43 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 novembre 2010

Les killers super-héros

Un tueur à gage. Quatre contrats. Une métropole pour scènes de crimes. Nicolas Cage incarne dans Bangkok Dangerous un rôle à la mode en ce moment, un méchant gentil - à supposé que cela existe - Un meurtrier … mais pas n’importe lequel, un meurtrier à la Dexter, sain d’esprit (Dexter est sans doute schizophrène). Nicolas étonnement mal coiffé dans sa mission assassine aura un sursaut soudain de moralité : Entre toutes ses balles tirées, et ce sang qui gicle, le chasseur de têtes tombe amoureux d’une femme qui incarne son contraire,... [Lire la suite]
Posté par tagumat à 11:44 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 novembre 2010

Ouïe au bloc opératoire

Tous d'éphémères linges stériles vêtus, la parole transperçant les bavettes en papier. Tous entre les murs couleur chlorophylle, discutent autour d'une table (opératoire à l'occasion) et non pas autour d'un verre, dans la décontraction. L'ibode (infirmière de bloc pour le décryptage) reproche au boss dodu de ne pas s'enquérir de son état. Un mois d'absence pour une troisième cure de varices à la trentaine passée. De surcroit une demoiselle solitaire en quête de son Adam. - C'est une connerie de se faire opérer des varices !! rétorqua... [Lire la suite]
Posté par tagumat à 08:27 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 novembre 2010

Atomium, mon amour

Il était là, debout, présomptueux, nous obligeant à lever nos yeux vers lui, nous intriguant quant à sa contenance. Des japonais aux sourires permanents se prenaient en photo avec ce monstre d’aluminium et d’acier qui luisait chétivement avec les rares apparitions de l’astre du jour. Excitée à l’idée de me laisser engloutir dans l’antre de la chose, patiente derrière la file qui confirme l’intérêt de l’endroit, je découvre l’intimité de la boule d’acier suspendue dans l’air, le couloir étroit, et le manque à voir. En un trajet de... [Lire la suite]
Posté par tagumat à 05:46 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 octobre 2010

Han asafar dar lhaj Belaid

Our itaf yan abla ay9lm atig (valeur) nssaht nlhaj Belaid ih yani, imik ka, n'tamguera namourgue nrayssad atihem rbi. Manwa ourisseldn yate twal htoudrtenss i yamargue n’raissad ? Nsseldass kolo, mich iss nsnder maytini? Iss nsfaw ssaht niwaliwness? Anzer amargue nadbib, mafissawal? Man lhkemet a yhda? Achkou dare lhaj Belaid, iwaliwn mzin d’apperence hdan wiyad m9ourn. C'est donc avec une grande subtilité que raiss raconte les déboires d'un homme qui demande conseil iyadbib. Ici il ne s'agit pas forcement d'un médecin, ce propos... [Lire la suite]
Posté par tagumat à 12:17 AM - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
08 octobre 2010

Petit boléro pour grand romantique

Sous la lumière tamisée d'un bar probablement casablancais, peu fréquenté en cette heure improbable, une femme à la chevelure ébène et ondulée se tenait au milieu de la scène. L'artiste de cabaret chantait médiocrement mais intensément : Elle interprétait avec une profonde conviction sa chanson, mais les mots d'amour hispaniques sonnaient faux en dehors de sa luette et irritaient les ouïes (à supposé que la poignée d'auditeurs fortuits ait un quelconque sens artistique). Ayant planté le décor de l'intrigue et du complot dans un... [Lire la suite]
Posté par tagumat à 11:51 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,