09 avril 2013

Jane Doe

J'ouvris brusquement les yeux. Il faisait noir comme nuit, et c’en était une. Mes pupilles se dilatèrent pour capter un quelconque rayon de lumière, il y’en avait pas un cette fois-ci (heureusement). Désormais, mes paupières ne se fermeront plus. Sortie d’un sommeil profond, j'étais perdue. Qui suis-je ? Où suis-je ? Dépouillée de toute conscience spacio-temporaire et surtout de mon identité, j'étais devenue temporairement une Jane Doe. Loin d’être stressée, le flux nerveux dans mon encéphale grillerait tous les feux rouges et jaunes... [Lire la suite]
Posté par tagumat à 12:39 AM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 septembre 2012

Nus comme des vers

Dans un sauna dont les degrés avoisinaient les nonente, les vapeurs relaxantes devenues étouffantes me chassaient des bois. La myopie m'avait plongée dans un impressionnisme choisi, dans ces dédales boisés. Et oui, de mes deux mains sensées pas gauches, je demeure incapable de mettre des lentilles. Dans les couloirs … là et ça … là ou d'autres avançaient tête haute et bedaine en avant sans vétilles,  je marchais tel un octogénaire de peur de choir, miraude (par choix) et pétrie (de force) de précautions dont la... [Lire la suite]
Posté par tagumat à 10:56 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
04 août 2010

La leçon

Elle avait perdu la notion du temps. Elle ne savait plus depuis combien de temps elle était dans cette voiture. Et elle sentait son chemisier coller à ses reins par un film de sueur. Pourtant il ne faisait pas chaud en cet été, dans cette région damnée par le temps. Ses poings empoignaient le volant avec la même détermination qu’une noire américaine empoignerait le témoin d’une course en attendant de le passer à sa compatriote. Elle était tendue, pourtant ses virages étaient plus ou moins négociés avec succès. La voiture roulait... [Lire la suite]
Posté par tagumat à 02:18 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 août 2010

Observation

Sous la chaleur intense, sa silhouette se distinguait, fraiche, dans la lourde atmosphère. Sur sa chaise longue verte, dans ce balcon qui donnait sur une surprenante vue lacustre. Il était là, beau avec tout ce que peut faire imaginer la splendeur du mot, tout simplement entrain de lire le livre qu’il a acheté la veille. Il semblait happé par le récit de ce psychiatre qui cherchait le bonheur, à son image certainement, il pense l’avoir trouvé, c’est à ces moment de la vie que l’on se pose ces questions tortueuses, dangereuses,... [Lire la suite]
Posté par tagumat à 01:03 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 juin 2009

Il est temps de lever le pied

Saturée en cette moitié de juin, de ma sensibilité, de ma dureté, de ma solitude, des encéphales vides, de ces vies superficielles, de la constance de la logique masculine occidentale, de l'anergie, de la bêtise humaine, de la pénétrance de ces gènes de prédiction de mortalité précoce accroissant les risques cardiovasculaires dans ma famille et je sais désormais que je n'y échapperai pas. Saturée de ces idées embryonnaires qui naissent par milliers dans mon cerveau à un rythme effréné sans qu'elles ne voient le jour de leurs... [Lire la suite]
Posté par tagumat à 04:51 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 avril 2009

Insomnie

L'horloge affichait fierement cinq heure du matin. La matinée dominicale était née et s'avancait .... d'une régularité affligeante.... inexorablement vers l'aube. Les lumières éclairaient de leurs faisceaux pour résister à l'ombre nocturne. Le flux nerveux qui parcourait mes neurones ne semblait pas vouloir s'arrêter quelque part dans cet encéphale en éveil. J'entrainais avec moi, dans mon insomnie, les appareils suseptibles de capter une quelconqu' onde hertzienne. La musique sollicitante qui s'échappait de la télévision entretenait... [Lire la suite]
Posté par tagumat à 02:35 AM - - Commentaires [2] - Permalien [#]
23 janvier 2009

Mais where is Brian?

Parisienne pour quelques heures encore en attendant de retrouver la profonde lorraine. Mes soirées sont bercées par les douces mélodies vespérales de piano que joue le voisin du dessus. Quant à mes nuits, elles sont rythmées par les spasmes œsophagiens qui se chamaillent avec quelques cauchemars bien désagréables dont les sujets jalouseraient les auteurs de thrillers les plus émérites. Vivant entre la lorraine et le Luxembourg un roman que je pourrai intituler « la jupe et les quatre paires de jeans ». Lassée des TGV... [Lire la suite]
Posté par tagumat à 06:04 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juillet 2008

Réflexions en fin d’astreinte

Avec d'interminables et longues journées de boulots au compteur À vouloir que les journées durent plus de 24 heures pour fignoler son travail À vouloir que l'horloge du temps s'arrête pour passer plus de temps à "penser" au néant À vouloir faire de son lit son nonchaloir préféré À faire du CHU sa résidence principale 15 jours de chaque mois À avoir des journées de travail pas possible à gérer des urgences pas possibles À quitter les dancings de Stanislas aux levers des matins ... [Lire la suite]
Posté par tagumat à 06:38 PM - - Commentaires [1] - Permalien [#]