06 avril 2013

L'homme qui quitta la femme

Il y’a quelques semaines, elle (qu’on nommera … Catheline, c’est joli comme prénom) était venu au travail avec la mine d’une déterrée. Elle pleurait, dans les couloirs rouges, cachée derrière son déguisement violet quotidien. Mais elle s’efforçait de s’affairer aux besognes du jour, chaque jour, avec une rigueur devenue besoin, une sorte de fil conducteur … pour continuer à avancer.  Elle m’avouera, comme à qui lui demande, que son mari l’a quitté. Du jour au lendemain. Comme ça. Sans prémices de dégradation relationnelle (hormis... [Lire la suite]
Posté par tagumat à 03:05 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 mars 2013

Fièvre délirante

Le silence était maître depuis quelques minutes déjà, (en pleine intervention chirurgicale sur une patiente sexagénaire), quand l’anesthésiste se plaignit, d’un ton interrogatif et sérieux, avec son accent frontalier : -        Je ne comprends pas pourquoi cette patiente chauffe ? Elle a 37,2 en rectal !! Je suppose que (comme moi) l’information fit plusieurs tours dans les encéphales. Retenu en otage, on ne savait plus que penser de ce 37,2 ? He jokes ?  Non, non, il... [Lire la suite]
Posté par tagumat à 11:26 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 septembre 2012

Sauver ses fesses

Embauchée à la volée au 4éme étage par Mazen qui me fila à l'occasion un bonbon pour apaiser mon appétit devenu vorace, on emprunta le large ascenseur, l'incontestable voie moderne du transport intrahopitalier. Au 2éme, un patient venu tout droit de la prison nous attendait. J'avais eu échos, par hasard, de certaines histoires de fesses (dans le vrai sens du terme) fragiles qui se seraient fortement abimées après le passage quelque peu obligé (pour des pontages coronaires) de leur propriétaire sur les gélatines de la table... [Lire la suite]
Posté par tagumat à 11:38 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
08 janvier 2012

Bréves d'une longue journée

Agenouillée au bord d’un lit, j’écrasais de mon poids sa poitrine pour le réanimer.  Il avait le teint de l’au-delà, mais je ne le regardais plus, mes yeux étaient  rivés sur le scope. C’était l’heure de l’action et non pas de l’inspection. Nos « moi » n’avaient pas encore décidé qu’il était mort. D’un réflexe naturel, on y croit … Jusque bout …  In fine, ne choisit-on pas ce métier parce qu’on croit dur comme fer qu’on peut sauver des vies ?  Puis l’idée fait son chemin … La mort qui emporte sa... [Lire la suite]
Posté par tagumat à 08:41 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 mars 2011

Le géant modeste

Normal 0 21 false false false MicrosoftInternetExplorer4 /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-ansi-language:#0400; mso-fareast-language:#0400; mso-bidi-language:#0400;} ... [Lire la suite]
Posté par tagumat à 08:41 PM - - Commentaires [3] - Permalien [#]
15 novembre 2010

Jamais trop tard pour être malade

Fraîchement débarqué de chine, Yirua manquait à l'appel ce jour là. Une vilaine maladie infantile, boutonneuse, prurigineuse et fortement contagieuse l'oblige à s'isoler dans sa chambre d'internat. A 27ans, il fait enfin sa varicelle  ... Lui qui n'est en contact qu'avec les sexagénaires du service. La source de contamination restera un mystère. Sans antihistaminique, il a passe ses nuits à se gratter comme un galeux, incontrolablement, jusqu'au sang? Le prurit est terrible, croyez-en mon expérience, toujours actuelle. Yirua... [Lire la suite]
Posté par tagumat à 08:58 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 novembre 2010

Ouïe au bloc opératoire

Tous d'éphémères linges stériles vêtus, la parole transperçant les bavettes en papier. Tous entre les murs couleur chlorophylle, discutent autour d'une table (opératoire à l'occasion) et non pas autour d'un verre, dans la décontraction. L'ibode (infirmière de bloc pour le décryptage) reproche au boss dodu de ne pas s'enquérir de son état. Un mois d'absence pour une troisième cure de varices à la trentaine passée. De surcroit une demoiselle solitaire en quête de son Adam. - C'est une connerie de se faire opérer des varices !! rétorqua... [Lire la suite]
Posté par tagumat à 08:27 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 septembre 2010

Récit d’un départ

Elle avait 74 ans et déjà un pied dans la tombe. Depuis deux jours, son cœur (organe de l’essence de vie) failli. Comme tout un chacun, elle avait un visage, un nom, un vécu, mais la gravité de la situation n’autorisait l'équipe qu’à s’attarder sur l’histoire de sa maladie. Son corps inerte, prêt à être badigeonné allait être notre point de rencontre avec cette femme de corps dolent, au plus profond de son inconscience et au plus profond de notre concentration. L’absence de contre-transfert psychologique nous sera, encore une fois,... [Lire la suite]
Posté par tagumat à 04:16 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 mars 2010

Ma journée de la femme

<!-- /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman";} p {mso-margin-top-alt:auto; margin-right:0cm; mso-margin-bottom-alt:auto; margin-left:0cm; mso-pagination:widow-orphan; ... [Lire la suite]
Posté par tagumat à 05:32 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 novembre 2009

Souvenir d'un instant

Il devait être minuit passée et je comprimais son coeur à coups de poings réguliers en fixant le monitoring, la tension est à peine à 6cm de mercure au plus fort de mon effort. Il était gros ce coeur, proportionnel à son porteur, au début on y va toujours doucement, avec l'arrière pensée de provoquer une rupture cardiaque (exploser le coeur, autrement dit) et contrairement à ce qu'on pense le muscle cardiaque est robuste. Je le sentais s'écaser et se vider de son sang sous le poids de mon membre supérieur. Puis il se relaxait en se... [Lire la suite]
Posté par tagumat à 06:35 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]