Le texte qui suit est une réponse à un défi d’écriture. Deux enfants de huit ans se chamaillent. Les mots suivants doivent figurer dans le texte : affreux, balle, choux, dindon, éternuer, ficelle, grand, hibou, idiot, jungle, képi et luminaire.

Emma et Sophie, éternelles ennemies, s’étaient tenues toute la soirée durant, poliment comme l’exige la présence d’adultes. Maintenant qu’elles étaient au sein du huis clos de la chambre, en présence des grandes copines, les freins étaient levés. La pyjama party chez Emma était l’occasion de prolonger la joute juvénile de la récréation. 

« Qu’est-ce qu’il est affreux ton pyjama » Lança Sophie d’un ton de dégout à Emma. Les hostilités étaient ainsi lancées devant une horde de fillettes excitées, visiblement ravies du spectacle débutant. 

« Tu t’es vue dans ton short boudiné ? Tu ressembles plus à un dindon qu’à une girafe Sophie »  Rétorqua Emma rictus au lèvres. Ce phrasé accusatoire récolta une salve de rires approbateurs de l’assistance.

Moue aux lèvres, ne sachant plus à quelle famille d’animaux elle appartenait, Sophie envisagea désormais d’attaquer Mme Schneider « Je ne viendrai plus jamais dormir chez toi pour bouffer des choux qui puent ! Dégueulasse ! »

Les autres filles grimaçaient d’aversion à l’idée de se remémorer le supplice de la choucroute qu’elles avaient dû avaler il y a une heure par politesse. Un beurk collectif semblait approuver l’attaque cuninaire.

Le capital sympathie de l’hôtesse prenait un sérieux coup avec cette remarque matricide. Emma devait jouer là sa balle de match. Faisant semblant d’éternuer ... Atchoum ! … Elle cracha ses bronches avec une rare énergie sur le sweet pailleté de son invitée. Sacrilège volontaire sur l’article de mode ! (Parait-il que les filles adorent le glitter et le rose).

« Oh que je suis idiote ! ça m’a échappé » s’excusa faussement Emma. 

Au bord des larmes, et à une ficelle de la crise de nerfs, Sophie rassembla en elle toute la haine humaine que pouvait contenir son corps obèse. Et chiche ! Choppa le képi de tonton Gérard dont « nous bassine la pestiférée tous les jours à l’école ». La petite dodue s’assit dessus de tout ce poids qu’on lui reproche. Aplatie comme une limande, Sophie avait là sa revanche. Repue de satisfaction, elle arborait le sourire radieux du victorieux.

Catastrophée, Emma sauta sur les cheveux longs de sa visiteuse. La prise étant aisée. Elle tirait de toutes ses forces sur le cuir chevelu de sa monture improvisée. L’adversaire la renversa au sol, puis commença à la griffer. Le combat à mains nues commença. «  Grosse truie » … « Face de hibou » … « Tête de rat » … Et l’inventaire animalier se poursuivit …

Les autres filles profitèrent de la bagarre pour laisser libre cours à leurs envies destructrices. Elles commencèrent par saccager le luminaire en plumes blanches qui surplombait outrageusement le lit XXL d’Emma. Puis s’attaquèrent au reste de la chambre pour détruire tout ce qui attisait, de prés ou de loin, leurs jalousies. La chambre avait fini par ressembler à une jungle. 

Les chipies savaient qu'elles allaient dormir du sommeil du juste cette nuit là. Elles avaient enfin extériorisé par ces actes leurs porfonde pensée envers leur meneuse de troupe. « On te hait Emma ! Depuis toujours » scandaient les jeunes vandales autrement que par des mots. Le vacarme continua ...Boum … Badaboum … « Mais que se passe-t-il ici ? » Cria Mme Schneider ayant ouvert la porte ? « C’est sans doute les gaz des choux qui oeuvrent » rétorqua celle qui passait par là : mamy Ginette, 97 ans, cannes quatre vitesses, et encore quelques moments de lucidité. 

 

DNR

lmp

Point positif : Esthétique, j'adore.

Points à résoudre : Comment dépoussiérer ce nid à dust bien comme il faut ? Et comment éviter la frustration féline devant une telle proie statique inaccessible ?