Les deux créatures aux yeux globuleux (pour mieux nous voir), aux encéphales triples (pour mieux nous comprendre) et aux bouches édentées (quel besoin de dents quand on sirote tout ), sirotaient une liqueur d’un rouge douteux et d'une odeur ferrique dans laquelle flottaient des formes vermiformes en mouvement. Verres en tentacules et corps (ou l'équivalent du moins) en lévitation sur leurs transats galactiques, ces êtres extraordinaires regardaient d'un faux air de glandouille, la terre. Une planète située à bonne distance de leur monde si sophistiqué ... Ils cogitaient ... Sur la pertinence de l'interprétation des hommes. Loisir qu'ils s'octroient aux heures de l'ennui.

- As-tu vu le doodle de Google du 8 juillet ? Ils pensent fêter l'anniversaire de notre visite (d'un air franchement navré).

- Tu veux dire l'histoire du crash à Roswell et les rumeurs sur nos présumées autopsies ? Ah, les pauvres, ils sont dans la confusion la plus totale. Ca a beau dater de 47, on les obsède … Quelle espèce naïve ! Ils sont loin de se douter qu'on les a visités par plus tard qu'hier (d'un air franchement déçu).

- Normal qu'ils aient des pensées nébuleuses. Entre la théorie conspirationniste des urologistes, l'omerta des militaires US, le flou que renforce leur médias, la discrétion dans laquelle on est passé maître, vers quel saint peuvent-ils se tournent (au temps d'une laïcité trouble). Que veux-tu qu'ils croient ? En qui veux-tu qu'ils croient ?

- Anatomiquement parlant, l'unicité de leur encéphale (contrairement à nous) ne leur permet guère d'interpréter Roswell. Imagine alors quand ils se cachent des choses entre eux !! Au risque de te sembler franchement arriériste, je pense que les capacités de discernement d'une espèce (encore au stade matériel) est intimement liée à son anatomie générale. Crois-en mon expérience de milliers d'années d'observation anthropo-zoologique dans les laboratoires à étudier les différentes races qui peuplent l'univers. Le primum movens EST l'anatomie. Certes la fonction crée l'organe mais l'organe à ses limites et limite la fonction.

- Ils ont des années d'évolution derrière eux tout de même. Ils sont au sommet de la pyramide des espèces sur leur planète.

- Sur leur caillou ils sont rois mais sur l'échiquier galactique, ils sont loin de humer la monarchie.  A leur décharge, c'est le hasard qui nous a doté ou plutôt dé"doté" des contraintes de l'anatomie, d'où on tire notre supériorité ... On a rien fait de particulier pour mériter autant d'égards ... Cela dit eux non plus !!

- Qui choisit finalement que l'un aie quelques attributs que l'autre n'aura pas ? Un dieu ?  Une logique de la loi de l'évolution ? Un environnement ? Un hasard? Ce qu'on possède ou non, quelle importance ? Ne doit-on pas faire avec ce qu'on a à bord de soi ? Que faire de sa supériorité ? Faut-il vraiment en faire quelque chose ?

Une longue minute de silence s'installa. Absorbés par la réflexion, les deux créatures se souvinrent brusquement de la liqueur qu'ils étaient sensés absorber. Ils ne toucheront point à leurs verres de peur de perdre le fil de la concentration. Ce moment si privilégié ou on est au fond de soi à chercher la vérité. D'ailleurs, c'est dommage qu'il faille la réduire en une synthèse. Une phrase sensée résumer des moments où on réfléchit de toute ses tripes. En somme, emprisonner un truc profond dans une suite de mots ... Pfff

Pour répondre aux précédentes questions et à des flots d'autres questions qui se suivent tels des wagons, les deux créatures erreraient avec moi dans mes pensées. Des prairies verdoyantes fertiles de réponses, des rivières foisonnantes de poissons et de représentations abstraites, des radeaux dérivants au grès d'idées philosophiques ... Ailleurs ... Puis on revint tous ensemble, (ben oui, les deux ET sont obligés de me suivre) sur nos pas et sur Roswell. 

- Ce qui est sûr c'est que ce n'est pas en soucoupe volante qu'on les visitera. C'est tellement puéril d'imaginer qu'on est à l'image de leurs caricatures !!!

- Ne soit pas exigent envers eux. La pertinence de leur réflexion est limitée. Roswell, nos autopsies, ce cirque, ça a beau être con c'est à la fois romantique (ils cherchent une moitié) et déroutant (ils se bouffent les nez entre eux).

- Roswell ou pas, ils se trouvent facilement des occupations étranges. Avouons quand même que les observer est une source d'émulsion qui peut être amusante par moment. Mon ami, buvons nos cocktails au souvenir de Roswell et à l'intelligence des hommes.

Tchin-Tchin sonnaient leurs verres. D'un coup ils aspirèrent leurs vermicelles et le liquide sanguinolent dans lequel elles baignaient. Trêve de bavardage. La pause était finie. Les affaires galactiques sérieuses reprennaient de plus belles pour nos deux vénusiens.

 

DNR

rosw