Comme à son accoutumée, elle se prélassait sur la table à manger. Installée à un point stratégique du salon, elle regardait, muette, on ne sait ou. Elle pensait, silencieuse, on ne sait à qui ou à quoi. Peu importe, loin de son maître, elle était quand même au chaud, en hauteur et en sécurité. Trois impératifs pour Shiva. Des puces se sont  échappées il y’a quelques jours de son beau pelage gris, mais qu’importe, on l’adore (Comme si on pouvait faire autrement !!). Nous sommes définitivement désarmés face à la bouillie d’ange de cette ronronneuse indépendante qui ne nous appartient pas (malheureusement). 

Et si on la lavait ? Silence …. Puis la minute des questionnements sonna. Certes elle a été poudrée puis « pipettée » pour ces histoires (naturelles) de parasitose prurigineuse, mais une bonne douche l’assainirait. Certes on n’est pas ses maîtres, mais cela ne nous a jamais empêché de nous occuper d’elle. Certes c’est un chat mais elle aime à traîner dans la baignoire … Sur le lavabo … Et même qu’elle est fascinée par la chasse d’eau. Ce serait-ce un félin aquatique ? Comment en être sure ? Un chat a-t-il vraiment la phobie de l’eau ? Dérogera-t-elle à la règle ? Est-ce une règle ? Qui nous a appris ces règles ? Ne faut-il pas vérifier par soit même au lieu de croire à presque tout ? Ne croit on pas à tord que les chats ne s’entendent pas avec les chiens ? D’où vient ce bourrage de crâne ? Comment vaincre mes certitudes d’enfant ? Parce qu’enfin de compte c’est de cela qu’il s’agit … Il est temps d’expérimenter, ce d’autant plus que Shiva a besoin d’un jet d’eau pour parfaire sa toilette. Comment se comportera-t-elle ? Au pire, elle miaulera comme une malade, griffera comme une blessée et enfin s’enfuira (peut être définitivement, et ça serait là mon plus grand regret) comme une voleuse et salopera au passage l’appartement … Et je l’aurais bien cherché. Allez, appelons un chat un chat !! Un peu de courage et faisons prendre une douche à ce chat.

Telle une enfant mise dans le bain, je l’arrosais d’eau bien chaude (en temps sec, elle aime glandouiller prés du chauffage). Sous l’eau, elle ne faisait pas la morte mais elle ne faisait rien. Immobile, certainement d’appréhension, elle se laissait faire sans hostilité ni même une pointe de curiosité. Bientôt, on ne voyait plus que ses yeux jaunes, sa touffe s’affaissant sous l’eau, son petit corps diminuait de volume à vu d’oeil. Ainsi, es-tu faite, toi qui a des génes du british shorthair bleu (au fait, tu es LOOFée ?). Plus de kératine que de chair. Tiens en parlant de chair, on découvrait enfin ta peau, blanche ou gris ?? Quel miracle, j’en oubliai que toi, la boule de poil, avait un épithélium malpighien kératinisé. Ainsi, tu as beau être un être extraordinaire à nos yeux d’éternel amoureux (de toi), tu restes un être bien de cette basse terre, fait de chair et d’os ... Je préfère ne pas les voir tes os d’ailleurs. 

Je la shampooingnais vite (elle est sage mais jusqu’à quand ?) au cranberry telle une lady nordique. Au contact de son abdomen, Shiva miaula … Soudainement … Et surtout bizarrement, à deux reprises. C’est à ce moment que ma vieille leçon d’éducation islamique surgit du fin fond d’un silo de ma mémoire : « عذبت امرأة في هرة سجنتها حتى ماتت فدخلت فيها النار » (Une femme a été en enfer pour avoir emprisonné un chat jusqu'à ce qu'il meure) de plus, cité par El Boukhari en personne. Et ben me voilà dans de sales draps je me suis dite. L'enfer, carrément ... Ce n'est pas une mince affaire ... Puis je retrouvais la réalité : C’est bon, calmos … It’s not the same situation !! Soucieuse du bien-être et des opinions du félin, je cherche des signes à son inspection (Elles peuvent être utiles les leçons de médecine). Elle est indolore. Franchement pas contrariée. Plutôt gênée ? Ok Ok, c’est désagréable peut être ?  Ou alors c’est inhabituel ? Mais il faut bien te laver le ventre ma cocotte. Ne me fais pas un cake, je ne te laverai pas aux 4 quarts, c’est tout ton corps ou rien. Et vu que c’est bien parti autant en finir ma chère!! Le rinçage fini, enveloppée dans une serviette, puis dans une autre, puis animée d’une peur bleue au contact du sèche-cheveux, elle ne séchât que trois heures plus tard, au feu de l’âtre moderne qu’est le radiateur.

Rassasiée, propre, encore plus belle mais franchement kaputt par cette aventure aquatique. Shiva … L’extraordinaire, démonte le mythe de la phobie, affronte sans victoire le cracheur d’air chaud, me griffe en souvenir de cet instant qu’elle rechignera tant et je fini par frétiller intérieurement d’avoir enfin peut être chopé une zoonose utile !? (Hé ho ! Ce n’est pas comme ça que tu choperas la toxoplasmose, griffure donc toute inutile). Morale ? Les idées qui circulent ne sont pas toujours vraies. Ne prenez donc pas n’importe quel véhicule pour un vrai taxi.

DNR

Shiva

a