Dans la salle de bain, actrice devant une foulée de produits de beautés de tout genre, je demandais amusée à mon interlocuteur imaginaire (le temps d'une écriture) "l’escargot" : Bave bave, dis-moi qui est la plus belle? L'escargot  me regarda d’un œil scrutateur, dans le royaume de cette demeure, je ne vois que toi qui puisse prétendre à ce titre ma très chère répondit le mollusque. Un bref silence s’en suivit et la bête obséquieuse,  m’ayant brossé dans le sens du poil, enchaina rassurée de ne pas devoir imaginer sa propre épitaphe funéraire au pied d‘un plat culinaire. Bien qu’aucune ombre ne te fasse concurrence, je vois de la dysidrose et des séquelles de grattage sur tes mains très chère. Je n’oserai insinuer que tu es galeuse reine de cette demeure. L’atopie est ton excuse. Et les corticoïdes ton électuaire. Je te propose ma reine (le bête d’un tour de langue me complimenta encore), un remède fait de mes propres mains, mes propres secrétions sont au service de tes mains désquameuses. Ma bave d’escargot est un baume cicatrisant. J’en bavais presque de dégout, à l’idée de m’enduire de cette mousse douteuse que le mollusque, bien que flatteur, crache à toute offensive avant de se terrer dans sa fragile forteresse de coquille. Fidèle sujet, ton écume m’indispose, mais si elle est contenu dans un pot je veux bien faire l’effort d’omettre qu’il s’agit bien de ton mucus, produit dans tes viscères de bête.  Si l’idée continue à me tenter, je m’offrirais à Noel, un de ces pots que tu as enfanté. Mais saches que si ta bave trahi ses promesses, c’est à l’ail et au beurre que je te ferai servir à mes convives, ta chair m'indisposant, pour nourrir leurs papilles et soulager leur dents de la corvée de te macher. Je me retire de ce pas dans mes appartements ma très chère pour produire mon électuaire qui ne saura être un ersatz. Et si ma bave n’embellit point tes mains, je serais ravi de finir dans la panse de tes hôtes que je réchaufferais en ce temps hivernal.

 

M’achèterais-je une crème à la bave d’escargot ? D’ici la fin de l’année je le saurais.

 

DNR

zug