Ce matin en prenant le petit déjeuner je suis tombée sur un article traitant de la nouvelle moudawana. Je vous cite l’extrait d’un jugement rendu par une cour concernant une demande de polygamie -je sens que ça va vous plaire - place au jugement :

« La cour s’est assurée après vérification des documents présentés par le demandeur qu’il a la capacité de prendre en charge deux ménages ; la cour s’est assurée par ailleurs de la validité de la raison présentée par le requerrant, confirmée également par son épouse et consistant dans l’incapacité de sa femme d’assumer les charges ménagères, lesquelles constituent une obligation fondamentales du lien du mariage. La cour considère cette raison comme une raison objective pour la polygamie du fait de l’incapacité de la première épouse d’assurer une règle fondamentale du lien de mariage et autorise ce mariage en conséquence »

Durant un laps de temps j’ai cru vivre dans un pays subsaharien, de tels propos y auraient été logiques quoi que illogiques, là-bas le monsieur n’aurait même pas eu besoin du consentement de dame « justice » pour se marier ou se remarier......

Laissez moi un rire, le ménage, une obligation fondamentales du lien du mariage, et c’est une cour qui dit ça. J’ai du me ruer sur la page culturelle de la revue pour retrouver un semblant de « normalité », et là le paradoxe était flagrant. Je vous cite un extrait de l’agenda culturel :

« Partager le savoir ou comment apprendre à mener une vie philosophique » rencontre animée par l’écrivain et philosophe Michel Onfray.

« Le progrès des parents » conférence animée par le pédopsychiatre Pr Marcel Rufo.

Cerise sur le gâteau, la culture est gratuite puisque les entrées sont libres.

Bref, au 21éme siècle et au rythme des réformes et du vent de modernisation qui souffle sur notre pays, les mentalités sont loin de suivre le rythme et d’emboîter le pas.

menage

DNR