Le printemps est aux portes et l'effervescence joyeuse aussi. C'est pour cela que j'ai décidé de vous parler d'amour et d'opéra, un art qui au passage ne fait pas l’unanimité à la maison.
J'ai choisit pour vous « Carmen ». L'opéra de George Bizet adaptée d'une nouvelle d'un certain Mérimée.
Ce chef d'oeuvre musicale n'a pas toujours été de paire avec le succès. En effet, Carmen a été boudé par le publique à ses débuts peu reluisants dans l’opéra de Garnier à Paris. De quoi faire arracher les cheveux à son auteur riche de sa crinière bien fournie et riche de son talent qui ne sera reconnu que bien tardivement.
Pour la petite histoire, Carmen s'inspire des voyages de Mérimée en Espagne. Carmen supposée être une de ces gitanes envoûtante et rebelle qui a peut être croisé le chemin de l'auteur.
Je vous épargne les détails de l'histoire pour le moins sordide et profondément triste et désespérante...Gardons la bonne humeur. D'ailleurs en écoutant, que dis-je? En se régalant de cet air d'opéra, la tristesse du récit initiale n'est même pas ressentie. Le seul sentiment qui vous transporte est celui de la magie des paroles.
Contrairement aux comédies musicales actuelles et à tous ces prétendus titres "in" et branchés qui ne sont qu'un méli-mélo de mots alignés et qui rêvent secrètement au rang DE LA CHANSON, contrairement à eux, l’opéra notamment celle de Carmen est un concentré de belles paroles qui s’élèvent à l’échelle de la poésie. A cet égard, les paroles sont pleines de sens et tellement véridique que ça me laisse pantoise, alors que peu de choses arrivent à me stupéfaire.

Dans le monde restreint des œuvres dramatiques, l’opéra de Carmen tient une place particulière. Ainsi les changements brusques de ton y sont modérés. En comparaison avec les œuvres parentes, Carmen est certes moins spirituelle qu’Ave Maria, moins majestueuse que la Carmina Burana, et moins soutenue que les opéras époustouflantes de la Traviata et de Figaro de Rossini. Cependant l’air de Carmen est plus rythmé que celui d’Alcina, et plus joyeux que celui de Didon et Enée.

Mais il n’ y a pas lieu de comparer. Chaque œuvre est et reste singulière. Cette pseudo analyse reste sommaire et bien en deçà (et je pèse mes mots) de ce que l’on pourrait dire sur ces chefs d’œuvres. Je manque de mots à mettre sur ce tourbillon de feelings que ces airs enchanteurs réveillent en moi. Et si je devais réduire l’opéra et la musique classique à un mot, je ne saurai être radine du qualificatif d’absolu.

Et pour en revenir à Bizet le barbu, son œuvre est tout sauf barbante. Véritable prouesse vocale, Carmen chantée par Maria Callas est un vrai régale auditif. Il suffit d’avoir une ouie gustative. Bon appétit les gourmands du IIX (le nerf auditif est la 8éme paire des nerfs crâniens)

                               L'amour est un oiseau rebelle            
                                       Que nul ne peut apprivoiser, 
                                       Et c'est bien en vain qu'on l'appelle    
                                       S'il lui convient de refuser.
                                       Rien n'y fait menace ou prière,            
                                       L'un parle bien, l'autre se tait,
                                       Et c'est l'autre que je préfère,            
                                       Il n'a rien dit mais il me plaît.


                                                         Refrain
                                       L'amour, l'amour, l'amour, l'amour      
                                       L'amour est enfant de Bohème,
                                       Il n'a jamais jamais connu de loi,       
                                       Si tu ne m'aimes pas je t'aime,
                                       Si je t'aime prends garde à toi.

                                       L'oiseau que tu croyais surprendre    
                                       Battit de l'aile et s'envola,
                                       L'amour est loin, tu peux l'attendre,   
                                       Tu ne l'attends plus, il est là.
                                       Tout autour de toi, vite, vite,             
                                       Il vient, s'en va, puis il revient,
                                       Tu crois le tenir, il t'évite,                  
                                       Tu crois l'éviter, il te tient.


                                                        Refrain

DNR